Comment se déroule la pose d’un faux plafond ?

21

Si vous songez à rénover votre maison ou votre habitation, faire la pose d’un faux plafond peut être une véritable nécessité. Le recours à un plaquiste certifié permet alors de maximiser les chances de réussite de l’opération. Toutefois, cela n’empêche évidemment pas que vous vous fassiez vous-même une idée précise du procédé de pose d’un faux plafond.

Installation d’un faux plafond : utilités et diagnostic préliminaire

La pose d’un faux plafond débute impérativement par un examen des lieux et plus précisément de l’emplacement retenu pour accueillir le dispositif. L’installation d’un faux plafond intervient en effet le plus souvent pour corriger ou camoufler quelques imperfections relatives à la dégradation d’un ancien plafond.

A lire en complément : La rénovation de l'escalier à fer-à-cheval de Fontainebleau commence

Elle peut également avoir lieu dans l’intention de cacher subtilement les gaines électriques, les spots d’éclairage ou encore les dispositifs d’isolation thermique. À noter qu’un faux plafond est de nature à résister au feu et à l’humidité, à condition que la pose soit convenablement réalisée, en tenant compte des spécificités de l’espace. Dans l’absolu, il est recommandé de faire appel à un spécialiste comme Pro-plaquiste, pour un diagnostic rigoureux avant le démarrage des travaux. Cependant, il n’est pas exclu de s’y essayer soi-même si l’on est un bricoleur averti.

pose faux plafond

Lire également : Quelles sont les prestations proposées par un serrurier ?

Pose proprement dite du faux plafond

La deuxième étape est la plus délicate à réaliser. Lorsqu’il s’agit de la rénovation des maisons, le faux plafond suspendu est celui qui s’utilise le plus souvent. Pour le poser, il est important d’effectuer une minutieuse prise de mesures, afin de déterminer les zones où seront placées les suspentes. Compte tenu de l’épaisseur de la plaque de plâtre, le traçage de l’emplacement du faux plafond devra ensuite être réalisé. Dès lors, la fixation des suspentes sur le plafond d’origine peut démarrer. Au cours de cette opération, il est important de tendre une petite corde entre chaque paire de suspentes afin de déterminer avec aisance le bon emplacement des rails.

S’ensuivront le montage des rails et la fixation des plaques. Les plaques doivent être placées en commençant par celles qui sont destinées à être collées au mur : les plaques en butée. Pour réussir ces différentes étapes, il est nécessaire de se munir du matériel adéquat. Celui-ci permettra d’exécuter les opérations de pose, de prise de mesure et de délimitation avec plus de précision, en vue de garantir un meilleur rendu final.

Travaux de finition

Une fois installé, le faux plafond sera ensuite peaufiné : c’est le début des travaux de finition. À ce niveau, il s’agit essentiellement de décider de l’habillage de votre faux plafond. Le choix devra se faire en tenant compte du style ou de la présentation de la pièce dans laquelle le faux plafond est installé. En termes d’habillage, vous aurez à choisir entre la peinture, le crépi, le tissu, le papier peint, etc. Si vous éprouvez des difficultés à vous décider, il est toujours opportun de demander l’avis d’un plaquiste qualifié. Ce dernier pourra alors vous donner un avis éclairé, et saura intervenir pour une pose de faux plafond dans les normes.

vous pourriez aussi aimer