Travaux : comment construire un abri de jardin ?

13

Vous avez besoin d’un espace pour ranger vos outils de jardinage ? Un abri de jardin sera parfait pour résoudre ce problème de stockage. Construire une cabane vous permettra d’avoir un espace de travail et vous évitera de disperser votre matériel et de désorganiser votre jardin. De la déclaration de construction à la finalisation de votre abri de jardin, certaines étapes sont indispensables afin de faire les choses dans les règles de l’art. On vous en dit plus dans la suite de ce texte.

Déclarer la construction de l’abri de jardin et obtenir une autorisation d’urbanisme

L’obtention d’une autorisation (s’il fait plus de 5m²) est la première étape pour entamer la réalisation de votre abri de jardin. Bien qu’il s’agisse de votre terrain, cette demande (déclaration préalable ou permis de construire) est obligatoire. Pour cela, renseignez-vous sur la déclaration préalable pour un abri de jardin auprès de votre mairie ou des organismes spécialisés dans la déclaration de travaux afin d’en savoir plus sur ce document.

A lire également : Pool party : de nuit c'est bien aussi !

Vous avez la possibilité de réaliser le dossier de déclaration de votre projet en ligne sur certaines plateformes. Il s’agit d’outils d’assistance sur internet, qui vous permettent d’obtenir vos documents d’urbanisme en quelques clics.

Les risques en cas d’omission de la déclaration des travaux

Les obligations administratives sont souvent suivies de pénalités lorsqu’elles ne sont pas respectées. Lorsque vous omettez de déclarer la construction de votre abri de jardin, vous risquez de devoir détruire la construction et de subir des sanctions financières et juridiques.

A lire également : Quel type de clôture choisir pour sa maison ?

L’amende encourue est fixée par mètre carré et elle est estimée selon la surface construite. En général, elle varie entre 1 200 euros et 6 000 euros. En ce qui concerne les sanctions juridiques, vous risquez l’emprisonnement en cas de récidive. Remplir sa déclaration n’est donc pas qu’un simple détail, mais plutôt une étape indispensable pour avoir l’esprit tranquille au moment de la construction de votre abri de jardin.

Toutefois, si vous avez réalisé les travaux sans aucune déclaration préalable, vous pouvez :

  • détruire la construction,
  • faire une régularisation de travaux.

Ainsi, si vous vendez votre bien, vous n’aurez aucune contrainte liée à des travaux illégaux.

Abri de jardin

À qui demander les documents légaux ?

L’autorité qui établit la légalité des travaux de construction d’un abri de jardin est la mairie de la commune. Il faut donc vous rapprocher du service qui délivre les autorisations d’urbanisme pour des travaux afin d’en savoir plus sur les démarches à effectuer.

Les documents demandés varient d’une commune à l’autre. Assurez-vous donc de connaître ceux de la vôtre. Différents justificatifs peuvent aussi être demandés en fonction du type de terrain dont vous disposez. Pour ne pas vous tromper, n’hésitez pas à demander l’aide d’un professionnel des certifications d’urbanisme.

Commencer les travaux : niveler le sol

Une fois que vous avez l’autorisation des autorités pour la construction de votre abri de jardin, commencez par niveler le sol si cela est nécessaire. Ensuite, quadrillez la zone qui accueillera la cabane avec des piliers capables de supporter le poids de la construction.

Installez des poutres de soutien pour y étendre le plancher de l’abri de jardin. Assurez-vous de choisir une taille de surface qui s’adapte aux planches de contreplaqué standard afin d’éviter des travaux supplémentaires.

Fixer les poutres de soutien de l’abri de jardin

Pour soutenir les solives du plancher, installez des poutres de soutien sur le quadrillage de piliers. Commencez cette installation dans le sens de la longueur. Quant aux solives du plancher, elles seront à leur tour disposées dans le sens de la largeur. Pour la fixation des poutres aux piliers, utilisez des bandes de métal pourvues de trous afin d’y enfoncer facilement les clous.

Installer les solives

Pour réussir cette étape, il faudra fixer une solive de bordure le long du bord extérieur des poutres installées sur les côtés. Assurez-vous que chacune des solives des bordures ait la même longueur que les poutres de soutien. Une fois l’installation extérieure terminée, vous devez fixer une série de solives de plancher, perpendiculairement aux poutres de soutien.

Les solives installées à ce niveau doivent avoir une longueur égale à la distance qui sépare les solives de bordures afin d’avoir une marge d’ajustement. Lorsque cette installation est bien faite, les planches de contreplaqué pourront facilement couvrir le tout. Mais n’oubliez pas de vérifier la solidité de l’abri de jardin à chaque étape de la construction.

Installer le plancher

Pour finaliser le plancher, il suffit de clouer les planches de contreplaqué aux solives. Vous pouvez utiliser les agrafes en H pour plus de solidité. Ces agrafes s’installent entre deux planches de contreplaqué afin de les rendre indissociables. Elles sont capables de renforcer toute la structure et d’apporter beaucoup plus de solidité à votre construction.

Construire le cadre des murs

L’une des étapes les plus complexes d’un abri de jardin est l’installation des cadres des murs. En effet, chaque cadre de mur doit être abordé d’une manière différente. Le mur d’avant doit posséder un cadre de porte et celui de l’arrière doit être plein.

Il faut penser également à incliner le bord supérieur du cadre des murs des deux autres côtés afin de faciliter l’écoulement pendant une pluie. Il vous sera beaucoup plus simple de commencer par le mur plein de l’arrière, et d’aborder ensuite celui avec un cadre de porte. Terminez enfin par les structures des côtés.

Fixer le toit de l’abri de jardin

La dernière étape de la construction de votre abri de jardin consiste à installer le toit. Fixez les chevrons sur les poutres qui vont soutenir le toit tout en les séparant avec une série de cales. Les chevrons utilisés doivent surplomber les murs. Restez fidèles aux mesures prises et assurez-vous de séparer les chevrons de la même manière que les solives du plancher.

Lorsque les chevrons seront parfaitement installés, vous pourrez coller le contreplaqué au-dessus des chevrons pour fixer le toit. Ajustez au fur et à mesure la taille des contreplaqués en fonction du surplomb réalisé sur le toit. Après l’installation du toit, vous pouvez le couvrir d’une toile goudronnée afin d’éviter que l’eau ne coule entre les fentes pendant le séchage de la colle.

vous pourriez aussi aimer