Comment choisir votre bois de chauffage ?

Pour se chauffer, il existe différents combustibles que l’on peut utiliser ; le bois en fait partie. Le bois est un combustible utilisé depuis de nombreuses années pour chauffer différents intérieurs. Doté d’un côté romantique et de nombreux avantages tels que son atout écologique et les économies possibles, il demeure l’un des combustibles les plus utilisés à ce jour. Mais il existe différents types de bois et tous n’offrent pas le même résultat. Ainsi, il est important de bien choisir son bois de chauffage pour en tirer le meilleur parti et garantir la longévité de son appareil de chauffage.

Le taux d’humidité du bois

Il existe de nombreux critères pour choisir le meilleur bois de chauffage et le taux d’humidité fait partie des plus importants critères. En effet, un bois humide augmente les risques d’incendie, provoque l’encrassement rapide de l’appareil de chauffage, et est très toxique pour les habitants et l’environnement. Ainsi, les bois humides sont à éviter à tout prix. Il faut alors opter pour du bois sec. Pour être sûr de choisir un bois sec, il existe des astuces que l’on peut mettre en pratique. On regarde par exemple si le bois est fendu ou si le choix de deux bûches provoque un bruit sec ; ces astuces sont très utilisées.

Mais il existe également un contrôleur que l’on peut utiliser. Si celui-ci marque un taux d’humidité inférieur à 20 %, il s’agit alors d’un bois bien sec. Le taux d’humidité maximum recommandé est de 25 %. Généralement plus un bois est conservé longtemps, plus il est sec ; il est donc tout à fait possible d’acheter du bois humide et de le conserver soi-même jusqu’à ce qu’il soit sec avant de l’utiliser.

Choisir son bois de chauffage : l’essence du bois

Les bois sont répartis en différentes essences permettant de les distinguer. On retrouve ainsi les bois durs, les bois résineux, les bois tendres, etc. Les bois durs sont les plus performants : ils brûlent mieux, produisent plus de chaleur, et durent plus longtemps. Ils offrent donc un très bon résultat. Il s’agit entre autres de l’érable, du chêne, du hêtre, de l’orme, du bouleau, etc. Les bois résineux sont le sapin, l’épicéa, le mélèze, le cyprès, le pin, le cèdre, etc.

Ce sont des bois qui brûlent vite et produisent rapidement de la chaleur. Cependant, ils ne brûlent pas longtemps et encrassent les conduits et l’appareil. Il en résulte alors un entretien plus régulier et des effets qui ne durent pas dans le temps.

Dans la catégorie des bois tendres, on retrouve le platane, le tilleul, l’aulne, le peuplier, etc. Ces bois brûlent rapidement et chauffent vite, mais ils ne durent pas du tout et leur effet s’estompe très vite. D’autres types de bois tels que le châtaignier, l’acacia, ou les arbres fruitiers offrent un résultat intermédiaire à celui offert par les bois durs et les bois tendres. Pour obtenir le meilleur rendement, il est préférable d’opter pour les bois durs, les autres ne devant servir que pour un chauffage d’appoint, une chaleur rapide, ou pour démarrer un feu.

Le type d’appareil de chauffage

Pour choisir son bois de chauffage, il faut tenir compte du type d’appareil de chauffage dont on dispose. Les bois résineux par exemple peuvent très bien être utilisés malgré leur inconvénient, mais si l’on dispose d’un appareil de chauffage ouvert, le mieux sera de les éviter. En effet, ceux-ci produisent des étincelles qui peuvent salir la pièce ou brûler un tapis, ou encore brûler quelqu’un. Mais un appareil fermé sera idéal pour ce type de bois. En outre, le rendement de l’appareil doit aussi être pris en compte. Un appareil à faible rendement avec un bois à faible rendement vous coûtera de l’argent et serait donc une mauvaise idée. De l’appareil dépendront également la longueur et le type (granulés, pellets, bûches) à utiliser.

D’autres considérations pratiques

Outre les critères cités ci-dessus, il en existe d’autres que l’on peut prendre en compte. Le prix est l’un d’eux. Les bois durs sont généralement plus onéreux que les bois tendres et le bois sec coûte plus cher que le bois mou. Tous ces aspects sont à prendre en compte. Par ailleurs, vérifier que le bois est certifié et répond à des normes telles que la NF est un moyen rapide de se doter d’un bois remplissant toutes les conditions indispensables. De même, il existe des bois de nuit qui durent longtemps et produisent de bonnes braises dont on pourra se servir le lendemain. La bûche compressée qui a un taux d’humidité pouvant être inférieur à 10 % est aussi une option que l’on peut considérer pour choisir son bois de chauffage. Cependant, ce type de bois est plus onéreux que les autres, mais le rendement justifie bien cet investissement.

Plusieurs critères permettent de choisir son bois de chauffage en étant sûr de choisir le bon. Mais pour des contraintes de budget, on pourra trouver des solutions alternatives comme mélanger plusieurs types de bois ou conserver pour un bois meilleur plus tard.